Source : https://www.flickr.com/photos/marcgbx/10242486595/

Vidéos du débat : Démocratie réelle contre état sécuritaire

Ce débat a eu lieu le mardi 8 novembre dernier.

Au CICP à Paris.
Avec :

Edwy Plenel auteur de Dire nous. Contre les peurs et les haines, nos causes communes.
Vanessa Codaccioni auteure de Justice d’exception, l’Etat face aux crimes politiques et terroristes.
Loïc Canitrot, membre de la compagnie jolie môme.

L’enregistrement vidéo est visible en deux parties ci-dessous, bon visionnage !
Partie 1 :

Partie 2 :


Présentation :

Face à la destruction de l’État social et à la montée de l’État policier, la revendication démocratique donne de la voix. Des Nuits Debout aux luttes pour l’égalité des droits, de contestation en expérimentations, le doute se répand : ce régime que nous appelons «démocratique» l’est-il réellement ? Ne sommes nous pas plutôt en oligarchie, où une minorité gouverne avec la bénédiction des élections ? Que vaut le vote lorsque la classe politique ne représente plus qu’elle même et ses amis financiers ? Lorsque les choix économiques fondamentaux ne sont jamais soumis à l’avis des travailleurs et travailleuses? Lorsqu’on passe contre l’avis des peuples qui ne votent pas comme il faut ? Qu’est ce qu’une démocratie qui s’arrête à la porte des entreprises, au seuil de la famille et aux frontières de l’Europe forteresse ? Les violences domestiques, les discriminations racistes et l’exploitation capitaliste le montrent tous les jours : l’égalité reste à conquérir. Dans le même temps, les libertés individuelles (de culte, d’expression, de manifestation, de grève) sont attaquées par des gouvernements qui prétendent les protéger et qui, en leur nom, arrosent de bombes le peuple syrien.

La démocratie n’est pas qu’un slogan publicitaire invoqué par des élus en mal de légitimité. Elle est aussi et surtout un projet auquel se rattachent de plus en plus de mouvements d’émancipation. Démocratie réelle, démocratie sociale et démocratie directe dévoilent l’imposture de la démocratie «représentative», de la démocratie «de marché» et de la démocratie «libérale».